Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Rennes-le-Chateau, l'abbé Saunière, mystères, trésor, graal, Arche d'Alliance, tombeau, Boudet, Rennes-les-Bains, étude, recherche, partage ... etc. Tout est là !
Règles du forum
Il est impératif de lire les règles avant de poster sur le forum!

Aides du forum
Si vous avez des difficultés pour poster votre message (édition, mise en page, BBcodes...) consultez la F.A.Q. ou consultez le guide:
Créer du texte en gras, italique et souligné - Changer la taille ou la couleur du texte - Puis-je combiner les balises de mise en forme ? - Citation dans les réponses - Créer une liste - Créer un lien vers un autre site - Ajouter une image à un message - Insérer une video - Envoyer une image depuis son ordinateur
Répondre
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

Bonjour à tous,

On m'a proposé une direction pour les roulers qui me semble tout à fait cohérente : 245°.

On peut en effet la vérifier en comparant le relief en arrière-plan que l'on voit sur une carte postale de l'époque et celui obtenu par le logiciel google earth.
Il reste la pierre levée. De mémoire, pour y être aussi passé, je dirais que c'est la direction sud-ouest ... et je ne serais pas étonné qu'elle soit aux alentours de 255°.

Grominet,
Pour ma part le Sadler est incontournable, mais chacun fait ce qu'il veut.

De mon côté le H manquant est en relation avec "la hache celtique", le tracé en lien avec ce sous-paragraphe est la croix de Dieu ( https://recharc.fr/la-croix-de-dieu/ ).
Les mots-relais essentiels sont "hew ( you , iou ) = taillé" et "poli".
Autre mot jade= horse , to jade = harasser, lasser.

Maintenant toutes les définitions ne sont pas proposées par l'abbé. Par exemple "rouler" se traduit par "to roll" non proposé dans LVL Celtique et dont la traduction est : rouler, pousser, envelopper.

Bonne journée.

À plus :wink:
Avatar du membre
crétin premier
ANIMATEUR +
Messages : 367
Enregistré le : 23 août 2017, 09:49
Localisation : en orbite au dessus de Montpellier

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par crétin premier »

Salut Jauclin et Grominet
Le Saddler est indispensable non seulement pour trouver des sens différents de ceux proposés par Boudet mais aussi pour repérer les traductions fantaisistes qui servent à marquer les points cruciaux du bouquin...
Encore faut-il prendre en compte la prononciation... Ainsi le mot prononcé "roulers" devrait s'écrire "rulers" puisqu'en anglais le U se prononce OU dans ce cas précis (la grammaire de William O'Farrell est également indispensable) or "rulers" signifie "hommes de loi" qui peut amener "hommes de l'oie" à la signification suggestive...
De même, la substitution du H de "cromlech" par un K peut apporter plusieurs pistes.
Par exemple, "Afrique" traduit par "afer, vent du sud ouest et ricK, un amas" deviendrait "afer ricH"... Lorsqu'on sait que "afer" désigne une grotte selon Ibn Khaldoun, la signification devient toute autre...
N'oubliez pas que le "trobar clus" est omniprésent dans la VLC...
La traduction du mot "cromlecK" en "Crum, la mie de pain et to like, aimer" peut être utilisé phonétiquement (en utilisant le "son" produit par la meule) pour donner "aimer l'ami de pain" c'est-à-dire "aimer le compagnon"...
L'image est toute aussi importante chez Boudet... Page 231 "en suivant ces rochers du regard, l'œil est bientôt arrêté par un menir isolé, dont la pointe se montre au dessus des chênes verts qui l'entourent"...
Ce menhir qu'il nomme "roc pointu" (représenté p. 244 sous forme d'un énorme phallus surplombant les roulers) se dresse donc au dessus des chênes verts porteurs de glands... Il donne ainsi l'image d'un pouvoir de (pro)création supérieur en relation avec "mentula" qui remplace "mente illa" chez Erasme... Une sorte de force de vie universelle supérieure à la loi humaine (les hommes de loi ou "rulers")... Ceci n'est évidemment qu'une interprétation qui devra être confirmée (ou pas) par la suite du décryptage du bouquin...
Avant je doutais et je me posais des questions.
Maintenant que je sais je m'en pose encore plus...
Robin Corbuthion
ANIMATEUR +
Messages : 339
Enregistré le : 15 août 2018, 15:46
Avertissements : 2

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Robin Corbuthion »

JAUCLIN a écrit : 07 nov. 2021, 11:29 Hercule,
...
À l’origine il est question de heurter ( heurt ) pour le sanglier , de choquer ... et cela donnera aussi « heure ».
Pour comprendre, relire plusieurs fois la page 67 puis la page 302 de LVL.
Faites-le et vous allez vraiment comprendre ...
...
Bonjour Jauclin,

La page 67 ne m'a pas beaucoup inspiré ... Si ce n'est qu'elle ramène au problème du Machia'h et du grand Monarque ...

Un récit de l'Ancien Testament relate, en effet, qu'un jour, Ésaü rentra affamé de la chasse. Jacob, qui était en train de préparer un plat de lentilles, lui proposa de le nourrir à condition qu'il lui cède son droit d'aînesse. Esaü accepta cette transaction.

Salomon de Troyes (1040-1105), plus connu sous le nom de Rachi, est un immense exégète juif du XIe siècle. Dans ses annotations sur ce passage, il nous livre sa lecture. Selon lui, Jacob intervient parce qu’il sent que son frère n’est pas à la hauteur :
« Le service du culte revient aux aînés. Ya’aqov [Jacob] s’est dit : il ne convient pas que cet impie soit appelé à apporter des offrandes au Saint béni soit-Il [YHWH]. »

«Ésaü c’est Édom.» Ainsi s’exprime à trois reprises le chapitre 36 de la Genèse. Le caractère de cette nation lui a été transmis par son père en traits ineffaçables.
Ésaü n’a pas acquis le nom d’Édom à sa naissance. Dieu voulait illustrer par lui, comme premier-né des jumeaux de Rebecca, l’un des grands principes de son gouvernement. Ce principe était celui du libre choix de Dieu selon l’élection de grâce. C’est pourquoi Dieu ne donne pas le droit d’aînesse à Ésaü, le premier-né, mais le confère à Jacob de par son propos arrêté et son arbitre souverain. Cette révélation du choix de Dieu n’était faite ni à Jacob, ni à Ésaü, ni même à Isaac leur père, mais à Rebecca qui, avant la naissance de ses fils, était allée consulter l’Éternel (Gen. 25:22). C’est alors que Dieu lui dit: «Le plus grand sera asservi au plus petit.» Dans cette sentence il n’est question, en aucune manière, d’une malédiction prononcée contre Ésaü, car, avant qu’ils fussent nés, ni l’un ni l’autre de ces enfants n’avait «rien fait de bon ou de mauvais» (Rom. 9:11); mais Dieu revendiquait ainsi son droit de choisir les héritiers de la promesse. La malédiction ne fut prononcée contre Ésaü que lorsque, au cours de sa longue histoire, Édom eut rejeté tous les appels de la grâce (Mal. 1:3). Au début, Dieu n’ôtait à Ésaü que l’autorité sur son frère et le droit à l’héritage ; il ne lui enlevait pas, même après son acte profane, des bénédictions accessoires. C’est pourquoi Isaac, tout en conservant, contre ses désirs et sa volonté, la prérogative du premier-né à Jacob, bénit aussi Ésaü, son frère. «Par la foi Isaac bénit Jacob et Ésaü à l’égard des choses à venir» (Héb. 11:20). Il restait à Ésaü une bénédiction réelle, quoique de beaucoup moindre valeur que celle de son frère : «Son habitation devait être en la graisse de la terre, et en la rosée des cieux d’en haut. Il devait vivre de son épée et servir son frère», car ce qui était promis à Jacob : «Sois le maître de tes frères» ne pouvait être révoqué. Seulement le patriarche ajoute : «Quand tu seras devenu nomade tu briseras son joug de dessus ton cou» (Gen. 27:39, 40).

Cette prophétie d’Isaac s’est accomplie. Toujours l’épée a dominé dans l’histoire d’Édom. C’est par l’épée qu’il s’empare de la montagne de Séhir et en extermine les Horiens qui l’habitaient avant lui (Gen. 36:21); il bataille continuellement avec les fils d’Israël et même avec ses voisins immédiats, tels que Moab. Par l’épée il brise finalement le joug de Juda et s’en affranchit «jusqu’à ce jour» (2 Rois 8:20-22); par l’épée il pille plus tard Jérusalem et s’empare des captifs de Juda (Ps. 137:7; Amos 1:11); par l’épée enfin il étend son territoire aux dépens de Juda et de Siméon, car à la longue, mû par sa haine et son ambition, il veut «s’attribuer le pays de l’Éternel comme une possession» (Ézéch. 36:5). De là le nom d’Idumée, contrée qui s’étend bien au-delà de la montagne de Séhir (Marc 3:7).

Ésaü est donc Édom, mais non pas au premier chapitre de son histoire. Il acquiert ce nom à la suite de ses mauvais comportements...

La jalousie, la haine d’Ésaü et sa soif de vengeance se transmirent à sa postérité. Amalek était un descendant direct d’Ésaü dont il était le petit-fils par Éliphaz (Gen. 36:12). Son hostilité sans merci contre Israël éclata aussitôt que ce peuple quitta l’Égypte pour entrer en Canaan. Amalek est le type effrayant de la haine de Satan contre le bon peuple de Dieu, aussi l’Éternel déclare qu’il aura la guerre de génération en génération contre lui (Ex. 17:16)...

Tout cela nous conduit directement à l'ultime bataille d'Armagedon ...

Meilleures pensées
Hercule
+ ECCE CRUCEM DOMINI + FUGITE, PARTES ADVERSAE +
VICIT DE LEO DE TRIBU JUDA, RADIX DAVID ! ALLELUIA !
Robin Corbuthion
ANIMATEUR +
Messages : 339
Enregistré le : 15 août 2018, 15:46
Avertissements : 2

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Robin Corbuthion »

Bonjour Jauclin,

Voici la suite ...

Pour moi, en relisant la page 302, je dirai que le "Niemheid" et "la Ghasse aux Sangliers" se situent au Pech Cardou et non au Serbayrou ...
C'est-à-dire au lieu sacré et secret du sanctuaire celte souterrain au-dessus duquel fut érigé le Temple rond ...

La page suivante où l'abbé Boudet nous parle de Caucoliberis et Illiberis qui sont les anciens noms basques de Collioure et Elne ...

Et cela nous ramène à Nostradamus avec Ethne (Elne-Etna-Rennes-les-Bains)
" Non esloigné d'Ethne & monts Pyrenées : Le grand conduict est caché dans la male, North getés fleuves & vignes mastinées ".
(Les vignes de Pech Auriol) ...

Cela nous ramène aussi au chapitres de la langue basque et à la tombe de l'abbé Antoine Bigou à Collioure ...

– 165 –
... Les Redones formaient la tribu religieuse, savante, possédant le secret de l'élévation des monuments mégalithiques disséminés dans toute la Gaule ; c'était la tribu des pierres savantes,– read (red) savant,– hone, pierre taillée. – L'étude et la science étaient indispensables pour connaître le but de l'érection des mégalithes, et ceux-là seuls en possédaient l'intelligence et le sens qui l'avaient appris de la bouche même des Druides ...

– 235 –
... Le signe sacré de la rédemption a détourné ainsi au profit de la pure vérité, le respect traditionnel dont les ménirs étaient l'objet, respect qui, dans l'état moral déplorable où les conquêtes de la république romaine avaient plongé les Celtes, s'adressait peut-être aux pierres elles-mêmes ...

Meilleures pensées
Hercule
+ ECCE CRUCEM DOMINI + FUGITE, PARTES ADVERSAE +
VICIT DE LEO DE TRIBU JUDA, RADIX DAVID ! ALLELUIA !
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

J'ai retrouvé l'article du journal "l'éclair" cité par l'abbé Boudet dans LVL celtique en page 119, je le mets à disposition des Boudetistes qui ne manqueront pas d'éplucher ce journal ...

https://archives-pierresvives.herault.f ... &vz=6.3497

Bonne lecture.

PS: après comparaison il manque le mot "malade"
Avatar du membre
grominet
Spécialiste RLC
Messages : 706
Enregistré le : 01 mai 2014, 19:56

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par grominet »

crétin premier a écrit : 12 nov. 2021, 13:40 Le Saddler est indispensable non seulement pour trouver des sens différents de ceux proposés par Boudet mais aussi pour repérer les traductions fantaisistes qui servent à marquer les points cruciaux du bouquin...
Nécessaire absolument...mais suffisant ?
En lisant le commentaire d'hercule (qui, à mon avis, cite justement Rachi sans peut-être le comprendre), un changement de nom fondamental est omis...celui de Ab-Ram (père noble) qui va gagner un H (tout comme Saraï). Pourquoi ?
Le "cromleck" le perd...momentanément. Volontairement ? Le Saddler pourrait certes aider mais l'utilisation subtile de la langue hébraïque encore plus (à mon avis); l'attente du Sauveur (Messie) soulignée par LVLC est déjà présente en Adam (ADM) : A (Adam = Passé ?) D(David = Présent ?) M(Massia'h = Futur) et l'abbé Boudet souligne encore que tout est déjà là dés ce début...
Quels éléments locaux lui permettraient de soutenir cette affirmation ?
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

Hercule,
pour moi, en relisant la page 302, je dirai que le "Niemheid" et "la Ghasse aux Sangliers" se situent au Pech Cardou et non au Serbayrou ...
Tu peux contredire ce que dit l'abbé Boudet ,mais pour ma part je préfère le suivre !! Relis bien, c'est écrit en toute lettre.

Sinon LVL Celtique est assez complexe !
Si l'abbé Boudet précise les documents qu'il utilise, c'est pour une bonne raison. Je pense que vouloir utiliser d'autres sources ( même si un jour elles ont pu l'influencer lors de ses lectures ) c'est le plus grand risque de "partir en cacahuète" et de "faire dire" aux écrits ce que l'on a envie d'entendre.

Le sadler est à la foi un guide et un cadre ... c'est le cas aussi des autres documents.

Par exemple pour le document cité en page 119 que je viens de trouver ( article de l'éclair ), la comparaison avec le texte original montre l'absence du mot "malade" qui se dit "ill" dans le sadler. Il se trouve qu'en page suivante ( page 120 ) l'abbé parle d'hildua avec "hill" qui signifie éminence , puis quelques lignes après il enchaine avec "seel" qu'il expliquera en page 279-280 où il sera bien question de maladie.
De plus juste avant, en page 118, il est question de heal [hil]= apaiser ( mais d'abord guérir ... voir saddler ) et de zeal ...
Donc il me parait raisonnable de partir sur cette piste et de ne pas en créer une autre en utilisant un document "qui m'arrangerait" , par exemple un document parlant de lavaldieu où l'on trouve le mot "malade" !!
Mais ... chacun fait ce qu'il veut.

À plus :wink:
Robin Corbuthion
ANIMATEUR +
Messages : 339
Enregistré le : 15 août 2018, 15:46
Avertissements : 2

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Robin Corbuthion »

JAUCLIN a écrit : 12 nov. 2021, 17:48 Hercule,
pour moi, en relisant la page 302, je dirai que le "Niemheid" et "la Ghasse aux Sangliers" se situent au Pech Cardou et non au Serbayrou ...
Tu peux contredire ce que dit l'abbé Boudet ,mais pour ma part je préfère le suivre !! Relis bien, c'est écrit en toute lettre.

Sinon LVL Celtique est assez complexe !
Si l'abbé Boudet précise les documents qu'il utilise, c'est pour une bonne raison. Je pense que vouloir utiliser d'autres sources ( même si un jour elles ont pu l'influencer lors de ses lectures ) c'est le plus grand risque de "partir en cacahuète" et de "faire dire" aux écrits ce que l'on a envie d'entendre.
...
Bonjour Jauclin,

L'abbé Boudet fait aussi beaucoup de remplissage ... du remplissage intéressant mais du emplissage quant même ...

Et l'abbé Boudet sait à l'occasion promener son lecteur à travers son cromleck et le faire tourner en rond jusqu'à le perdre ...

Seul le lecteur méritant, plein de sagesse et persévérant dans la foi de l'abbé y arrive ... Et chacun a son chemin de conversion, son rythme

Par exemple :

– 298 –
...
III
LA GHASSE AU SANGLIER
La chasse était pour les celtes une distraction en rapport avec leur activité corporelle, plutôt qu'une occupation nécessaire pour subvenir d'une manière absolue à leur subsistance. Les Gaulois se servaient dans leurs chasses d'excellents chiens courants, indispensables pour suivre et harce-ler les fauves de leurs forêts. La Coume das houns – hound (haound) chien de chasse, chien courant, – et la fontaine das houns, garants de cette assertion, sont situées au nord de l'Haum moor, fort près des deux roulers du cromleck de Rennes-les-Bains.

– 299 –

...
Le sanglier, inoffensif lorsqu'on ne l'attaque point, devient redoutable dès qu'il reconnaît l'agresseur, et se retourne contre lui avec furie. Le sentiment de sa force le rend confiant, et il fait face hardiment au péril. Il prend la fuite cependant lorsqu'il sent l'impossibilité d'une résistance victorieuse, réservant sa vengeance pour le moment où, serré de près par une meute vigoureuse, il lui tient tête, perce ses rangs pour se précipiter vers le chasseur et le frapper de son terrible boutoir. Malgré le nombre des chasseurs, et les meutes aguerries employées à la chasse de cet animal, les accidents ont toujours été fréquents. L'arme celtique de la chasse au sanglier était l'épieu, et cette arme, assez courte, mettant le chasseur face à face avec la bête fauve, devait l'exposer à toute sa rage.
« Jacques du Fouilloux, qui écrivait au seizième

– 300 –

siècle et qui était un brave chasseur, ne paraît pas trop rassuré quand il traite des sangliers. Il assure en avoir chassé un qui à lui seul massacra, en quelques instants, quarante chiens sur cinquante. En somme, il ne conseille pas de faire courir à une bonne meute de « telles sortes de bestes ; car, dit-il, si les autres espèces esgratignent ou mordent, il y a toujours moyen de remédier à leur morsure ; mais au sanglier, s'il blesse un chien de la dent au coffre du corps, il n'en cuidera jamais eschapper. » Et néanmoins il ajoute plus loin : « Si une meute de chiens est une fois dressée pour le sanglier, ils ne veulent plus courir les bestes légères, parce qu'ils ont accoustumé de chasser de près, et avoir grand sentiment de leur beste. »
La prédilection des Gaulois pour la chasse au sanglier était connue des anciens Grecs, et, suivant leur habitude de personnifier les qualités de la nation gauloise dans Hercule, ils ont inscrit, parmi les douze travaux de ce héros, son combat contre le sanglier d'Erymante. Ce que rapporte la mythologie grecque au sujet d'Hercule est trop instructif pour n'en pas citer quelques traits. On y peut remarquer la terreur indicible que la nation celtique inspirait à la Grèce.
...

La fontaine des Houns = La fontaine des "11" = la fontaine des membres de l'AA (11) = la fontaine des chiens ...
la fontaine des chiens qui chassent, qui cherchent et qui trouvent ...

Meilleures pensées
Hercule
+ ECCE CRUCEM DOMINI + FUGITE, PARTES ADVERSAE +
VICIT DE LEO DE TRIBU JUDA, RADIX DAVID ! ALLELUIA !
Robin Corbuthion
ANIMATEUR +
Messages : 339
Enregistré le : 15 août 2018, 15:46
Avertissements : 2

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Robin Corbuthion »

Bonjour à tous,

Extrait du "CODE AA RLC, L'ENIGME" :

... En nous remémorant la fameuse césure REQUIES CATIN de l’inscription latine qui clôt l’épitaphe funéraire de la stèle de la marquise, nous entrevoyons aussi le passage des fameux bains de Vénus − ramenant au bassin du Temple de Vénus, dans lequel avait été jeté la Croix du Christ − au baptistère des bains de Ladres, selon le parallèle de l’impureté mentionné plus haut, débouchant sur la christianisation du site, dont témoigne le O, image des bains circulaires (à entendre tout aussi simplement : EAU, évocatrice des bains), servant de pivot au codage de la stèle (MDC- O -LXXXI), que l’on retrouve fort suggestivement dans le nom de :

M. WILLIAM O’FARREL,

positionné au rang de 117e lettre, référence de note comprise :

● O : 117 = CHRISTUS ! (relation au GRAAL : 117/3 = 39 !)

Or, la 1re comparaison de la liste-clé, à laquelle se réfère cette note, nous oriente subtilement vers l’anagramme des fameux bains :

« Alader, arbre vert à feuilles persistantes ⎟ Alder, aune »,

En effet, le but de cette 1re comparaison, sans aucun fondement botanique, car il s’agit d’arbres d’espèces différentes, est de nous ai-guiller vers le pluriel de la forme anglaise : Alders, suggérée par le dernier mot de la page codée 11 (en langue d’Oc, onze se dit ounzé = 81 = les Bains, relation phonétique à la fontaine des Hounds) :

● p. 11 / p. 12 : « aune, / essence d’arbres », arbres au pluriel... "

Meilleures pensées
Hercule
+ ECCE CRUCEM DOMINI + FUGITE, PARTES ADVERSAE +
VICIT DE LEO DE TRIBU JUDA, RADIX DAVID ! ALLELUIA !
Avatar du membre
grominet
Spécialiste RLC
Messages : 706
Enregistré le : 01 mai 2014, 19:56

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par grominet »

Bonjour à tous,

LVLC, le livre d'Axat et ses autres écrits pourraient sembler être de pures spéculations mais une application concrète, à Greffeil, ayant pour but d'aider un collègue peut nous interroger :
http://www.rennes-le-chateau-doc.fr/soc ... effeil.pdf

Avons-nous une pure mise en œuvre de sa toponymie ? Ou, comme je le suppose, la toponymie vient-elle (quitte à largement la solliciter) accréditer un sens aigu de l'observation lui ayant déjà permis de faire d'autres découvertes ? Il est, comme son collègue, un des premiers, sinon le premier, à être averti de toute découverte (comme l'étaient, avant lui, les prêtres de RLB). Les documents utilisés (compois notamment) fournissent les mots travaillés ensuite par le "punique".
AA serait alors Antiquaire Averti ? :tongue:
Il n'est pas étonnant de trouver au sein de ces réseaux d'échange grand nombre de prêtres.

Mais aussi ceux qui le dénigreront ?
http://www.sesa-aude.fr/Greffeil
Pourtant pierres dressées au sommet, haches, tombeaux... (v photos sous la fiche Sesa)
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

Les similitudes entre la pierre du Bazel et celle de bordeneuve

Au sommet du Bazel, on aperçoit des pierres levées fort étranges,...Une de ces pierres mesure plus de huit mètres de longueur, sur deux de largeur et autant de hauteur: cette masse d’environ trente-deux mètres cubes a été soulevée, inclinée dans une direction voulue,

page 244 :( titre du dessin ) Pierre levée située en face de la borde neuve
Le plus remarquable est situé en face de la Borde-neuve, tout près d’une grande pierre carrée, étrangement posée en équilibre sur une roche.

La pierre de bordeneuve semble vraiment être soulevée et inclinée,elle...

Qui peut donner la direction de la longueur, c'est la seule chose qui m'intéresse ?
Thierry Espalion
ANIMATEUR +
Messages : 306
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Thierry Espalion »

J'avais fait de nombreux relevés de ce type dans le secteur, mais après plusieurs déménagements, ce n'est pas simple d'aller consulter mes carnets. De plus, trois disques durs de 500 gigas chacun, remplis de photos du secteur, m'ont lâché !

Il existe plusieurs liens entre ces deux rochers. Dont un que j'avais évoqué ici. C'était justement après que tu aies lancé ce sujet, voici peut-être une dizaine d'années. Je t'avais remercié car c'est grâce à toi que j'avais trouvé l'un d'entre eux. Puis je l'avais exposé sur le forum. Mais je ne me souviens plus duquel il s'agissait : )
Peut-être était-ce qu'ils sont casiment alignés Nord/Sud et que la distance entre les deux semble être de 22,7 hectomètres. Mais il en existe d'autres.

Par exemple, nous pourrions observer que les deux sites illustrés dans la VLC, Roulers et Pierre Levée, sont globalement équidistants de la fameuse Pierre du Bazel, sur la carte de la VLC.
Tout comme ils sont globalement équidistants de l'église du village, sur la carte de la VLC. Ce qui n'est pas le cas dans la réalité.

PS : les deux seules illustrations de la VLC étant celles du site des Roulers et de la Pierre Levée, l'abbé Boudet semblait déjà suggérer un ou des liens entre ces deux sites.
Une autre observation semble venir confirmer l'intention de l'abbé : il n'écrit que deux fois le mot "équilibre" dans tout son livre. Le premier est associé aux Roulers et le second à la Pierre Levée ! Et ce sont les seuls sites illustrés dans la VLC ...
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

Avec le temps j'oublie aussi !

Mais il est vrai que la pierre du Bazel et la pierre levée sont liées, et en effet le mot "équilibr." le prouve aussi.
La pierre levée est vraiment un cas à part, car elle ne correspond pas à ce que Boudet entend par "pierre levée" c'est-à-dire essentiellement des menhirs ( mais aussi des dolmens ). Cette "pierre levée" permet simplement de pouvoir repérer un dolmen dont il parle très rapidement en page 244.
Autant réaliser un dessin sur les roulers est cohérent par rapport au livre , autant cette "pierre levée" ne l'est pas .. À sa place, j'aurai choisi de dessiner un des cugulhous par exemple . Elle a donc un rôle particulier en lien avec la pierre du Bazel.
Pour cette dernière, la direction vers laquelle elle est inclinée semble important pour l'abbé et c'est le même type de pierre de forme parallélépipédique, donc logiquement il doit être question de la direction de sa longueur .

Comme tu le remarques les deux dessins ( roulers et pierre levées ) doivent aussi avoir quelque chose en commun, et c'est pour cette raison que je me suis intéressé aux directions. La direction sous laquelle est fait le croquis n'est pas la solution …

Déja pour les roulers , la distance entre l'extrémité gauche du roulers 1 et l'extrémité droite du menhir 4 peut être estimée à une bonne dizaine de mètres ( en se référant au personnage présent sur la photo ). Le recul par rapport à la scène d'une quinzaine de mètres, donc un angle de vision d'une quarantaine de degrés ... On ne peut donc rien "suggérer de relativement précis" . Par contre choisir dans toute la zone du cromleck deux pierres dont l'alignement indique une direction intéressante ( d'une précision qui permet de distinguer une direction sud d'une direction sud-ouest par exemple ) est envisageable.
Le peu de réponses à mes questions montre que pratiquement personne n'a fait de relevés précis ! Et cela m'a fait sourire, car en me mettant dans le lot, je me suis dit que l'on faisait tous "une sacrée bande de bras cassés", et que l'on n'était pas près de résoudre l'affaire ! :biggrin:
Thierry Espalion
ANIMATEUR +
Messages : 306
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par Thierry Espalion »

Je suis bien d'accord au sujet de l'intérêt de l'orientation de la Pierre du Bazel. L'abbé Boudet écrit distinctement : inclinée dans une direction voulue.
D'autant plus qu'il associe ensuite le mot Bazel à des notions de mesures. Il précise en effet que Bazel proviendrait de Passel. Et dans sa décomposition de Pass-el, il précise que "el" signifie "mesure de longueur" et même s'il traduit Pass par route, il n'est pas impossible que son intention soit de suggérer en plus, la mesure d'une direction (angle) car "Pass'' est une partie du mot anglais signifiant "Boussole".
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 848
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Boudet : La vraie langue Celtique et le Cromleck de RL

Message par JAUCLIN »

À propos de la direction indiquée par la pierre du Bazel, j'ai longtemps pensé qu'il était question de "la route des chariots" .
Le sud-ouest du cromleck fait partie de la commune de Rennes-le-château .
À l'époque de l'abbé Boudet , Louis Fedié avait déjà écrit "Rhedae , la cité des chariots".

Tes observations sur "pass-ell" sont très intéressantes ..

Bonne soirée

à plus :wink:
Répondre