Re: Décryptage des parchemins

Rennes-le-Chateau, l'abbé Saunière, mystères, trésor, graal, Arche d'Alliance, tombeau, Boudet, Rennes-les-Bains, étude, recherche, partage ... etc. Tout est là !
Règles du forum
Il est impératif de lire les règles avant de poster sur le forum!

Aides du forum
Si vous avez des difficultés pour poster votre message (édition, mise en page, BBcodes...) consultez la F.A.Q. ou consultez le guide:
Créer du texte en gras, italique et souligné - Changer la taille ou la couleur du texte - Puis-je combiner les balises de mise en forme ? - Citation dans les réponses - Créer une liste - Créer un lien vers un autre site - Ajouter une image à un message - Insérer une video - Envoyer une image depuis son ordinateur
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Thierry Espalion a écrit : 30 avr. 2021, 13:35 Concernant les mesures de la tombe, j'avais initialement remarqué que le trait soulignant le 17 mesurait 17 cm. Ensuite, j'avais trouvé des mesures telles 71, reflet de 17, et 117 cm de hauteur.
Mais depuis ce que j'avais initialement exposé, j'ai trouvé d'autres éléments encore plus forts :
Le cadre englobant l'inscription définit un triangle d'ISIS !
Mieux encore : ce triangle d'ISIS est de côtés 3 x 17, 4 x 17 et 5 x 17 !
Voici une autre caractéristique de la tombe de l'abbé Jean Vié, en lien avec la 22e case de l'échiquier :
Plusieurs chercheurs ont déjà fait remarquer que les dates inscrites sur la tombe, suggéraient le thème de l'échiquier ! En effet, trois dates sont gravées et les années indiquées mettent en évidence 32 et 32 :
1840 - 1808 = 32
Et 1872 - 1840 = 32
L'année d'ordination étant l'année charnière. L'allusion à l'échiquier et à ses 32 cases noires et 32 cases blanches, semble évidente.

Cependant, les années mentionnées sont réelles, elles n'ont pas été truquées. Mais il n'était pas fréquent de préciser l'année d'ordination d'un prêtre ! Cela n'a pas été précisé sur les tombes des abbés Gelis, Boudet, ni même Saunière !
Il semble donc que les concepteurs de cette tombe aient saisi cette opportunité, pour suggérer la notion d'échiquier (plusieurs fois retrouvée à RLC).
A ce stade, nous pourrions simplement y voir une allusion à la notion d'équilibre, de dualité dans l'unité, telle le Yin et le Yang : 32 cases blanches et 32 cases noires dans l'unité qu'est l'échiquier.
Notion que véhicule, selon moi, le 681 (voir viewtopic.php?f=1&t=297&start=450).

Importance de la 22e case de l'échiquier :

Pour les amateurs de ce jeu, les concepteurs de la tombe avaient prévu un support, un plateau parfait où déposer son échiquier. Leur bienveillance est à saluer ... Mais un couillon eut l'excellente idée d'y planter une croix. Par chance pour les joueurs d'échec, elle fut sectionnée. Sa restauration par le Cercle du 17 janvier, poussa les passionnés de ce jeu à l'exil. La légende dit qu'ils se réfugièrent à RLC...

Plus sérieusement, sur la tombe de l'abbé Jean Vié, se trouve une petite plateforme carrée, sur laquelle la croix a été implantée. Ce qui constitue le seul plan horizontal de cette stèle. A l'image d'un échiquier, ce plateau est parfaitement horizontal et parfaitement carré !
Ce plateau carré, mesure précisément 22 cm de côté !

Le fait qu'il s'agisse de la mesure d'un plateau horizontal et carré, le seul de la stèle, l'associe selon moi à la suggestion de l'échiquier, précédemment évoquée. A l'image de bien d'autres réalisations, la tombe Jean Vié associe donc à son tour, l'allusion à un échiquier et le nombre 22.
Cette observation s'ajoute à toutes celles que j'ai déjà exposées et observées essentiellement à RLC. Il en ressort que les prêtres de la fin du XIXe siècle, ont manifestement souhaité suggérer l'importance de la 22e case de l'échiquier.
Modifié en dernier par Thierry Espalion le 30 avr. 2021, 21:56, modifié 4 fois.
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
P.Silvain
x
Messages : 3475
Enregistré le : 22 févr. 2003, 11:30
Localisation : Aiguille creuse
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par P.Silvain »

On en revient à l'une des acceptions de l'acronyme D.M. qui est "DEUX MEME" , Jésus et Barabbas étant le même...
Je rappelle que dans les anciens évangiles de Matthieu, il est fait mention de Jésus Barabbas (avant que le prénom soit supprimé !)

:hello:
.
JAUCLIN
Spécialiste RLC
Messages : 802
Enregistré le : 28 août 2004, 12:39
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par JAUCLIN »

Bonjour à tous ,
Il semble donc que les concepteurs de cette tombe aient saisi cette opportunité, pour suggérer la notion d'échiquier
Très bonne remarque !


Je vais prendre un exemple pour illustrer mon propos mais n'y voyez aucune mégalomanie de ma part….
Imaginez que je veuille créer un codage par rapport à mon pseudo. Étant donné que j'ai été enseignant , c'est dans ce domaine que je trouverai le plus de possibilités. J'ai rencontré environ 180 élèves différents chaque année ce qui fait que tous les deux ans j'avais une chance de rencontrer une ou un élève ayant la même date de naissance .Je peux donc créer un texte codé dans lequel je parle de l'élève , et qu'ensuite un décodeur fasse le lien entre nos dates de naissance.
Je suis certain qu'alors d'autres chercheurs lui diront :
« mais t'es complètement con, jauclin n'a pas pu provoquer le mariage des parents et encore moins la naissance de l'élève à cette date précise !!! »

Un codeur doit être observateur et opportuniste, c'est ce qui se passe par exemple pour Boudet et son ami Cailhol . En page 234 il le cite en expliquant que la tête est entre ses mains, et bien même le mot « main » à été choisi par Boudet !! Pourtant quand vous lisez la remarque, elle paraît anodine .

A partir de là, le problème est que l'on peut tout interpréter et trouver un lien plus ou moins logique qui va des données à la conclusion ( le piège de l'interprétation …) .
Comment s'en sortir ?
De deux façons …
D'abord multiplier les sources , puis ensuite étudier le « chemin logique » qui va des données à la conclusion. Si le chemin est court, logique et surtout se répète, alors le lien est établi …

Pour en revenir aux tombes de RLB, c'est ce qui se produit et la remarque sur les dates de Thierry sur le monument présent à l'entrée de l'église est tout à fait pertinente . Le codeur a su choisir les dates à graver et être opportuniste.
Comme je l'explique dans l'étude suivante, je pense que les tombes de RLB ont de fortes chances d’authentifier la dalle de RLC.

https://recharc.fr/la-dalle/

Maintenant reste à savoir jusqu'à quel point le texte de cette dernière a été modifié.Si certaines modifications apportées « détruisent » la logique de codage, on ne retrouvera pas le lien, mais si on retrouve le lien logique sur certains éléments c'est qu'il n'ont pas eu de modifications . De plus celui qui modifie le document a un but et « un certain niveau dans la façon de coder », que l'on peut parfois déterminer et donc faire le tri. C'est le cas de Plantard et de son « Dagobert etc ... » dans le petit parchemin ! Un niveau « au raz des pâquerettes » et surtout le soucis de faire passer son délire ...
Pour cette raison le poulpe et les lettres ajoutées en bas à droite de la dalle me paraissent « hors propos », enfin c'est ce que je pense …. .

Bonne journée

à plus :wink:
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Bonjour Jauclin,
Bien vu pour la date 1856 divisible par 64 !
J'ajoute que si l'on additionne les dates des trois croix ''Delmas'' de RLB : 1854 + 1856 + 1856 c'est divisible par 22
La stèle ne fait référence ni à ce nombre 64, ni à l’échiquier.
Si, si ... Cela a aussi été suggéré sur le relevé de la stèle et à plusieurs reprises même. J'en parlerai bientôt.
Sans oublier que dans le récit de l'excursion, le paragraphe évoquant une pierre gravée (dalle ou stèle) compte très précisément 128 lettres.
128 = 2 x 64 nombre de lettres de la fameuse phrase ''Bergère'', constituée de toutes les lettres de la Stèle et de neuf lettres se trouvant sur la Dalle. Toutes deux seulement connues sous forme de ''relevés'' papiers !
Les tombes de RLB ont de fortes chances d’authentifier la dalle de RLC.
En effet ... A ce propos, j'ai montré que la tombe des femmes Boudet apparaît en lien avec la Dalle de papier, alors que la tombe des hommes Boudet tisse des liens avec la Stèle de papier !

Voir ici : https://rennes-chateau.onlc.fr/196-Stel ... oudet.html

PS : La double suggestion ''64 et 22'' se retrouve même, sous plusieurs formes, sur la tombe de l'abbé Boudet.
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Je récapitule un peu ici :
Dans le récit de l'excursion à RLC datant de 1905, le paragraphe dans lequel est évoquée un ''pierre gravée'' est constitué de précisément 128 lettres !
Tout comme la fameuse épitaphe imprimée en vis-à-vis (dite Stèle de papier), cette pierre gravée (dalle ou stèle) est mentionnée pour la toute première et dernière fois, dans le récit de l'excursion !!! Par la suite, aucun autre document officiel n'évoquera ni la Stèle de papier, ni cette pierre gravée !

Les paragraphes de 128 lettres exactement, ne sont pas légions ... En existe-t-il beaucoup d'autres dans ce tome 17 de la Sesa ? Dans le récit de l'excursion à RLC de 1905, c'est l'unique paragraphe de 128 lettres !

Sans oublier l'erreur de frappe, dans la table des matières :
Un ''f'' apparait dans le mot ''juin'' 6e mois de l'année ... Difficile de mieux faire pour suggérer la case F6, qui est la fameuse 22e case de l'échiquier.
De plus, je n'ai pas trouvé d'autre faute de frappe (où une lettre en remplace une autre) dans tout l'ouvrage. Serait-ce par coïncidence encore, qu'elle se trouve précisément sur la ligne évoquant l'excursion à RLC ?
Une coïncidence stupéfiante au point de permettre en plus, de suggérer F6...

Et concernant la date du 6 juin, qui suggèrerait chez Plantard la 22e case de l'échiquier, on la retrouve dans une réalisation de l'abbé Saunière et même très bien entourée ... Elle est en effet auprès d'une citation latine d'exactement 128 lettres !!!
Existe-t-il une autre inscription de 128 lettres à RLC ? Je n'en ai pas trouvé d'autre !

Étrangement on retrouve encore cette date du 6 juin dans La vraie langue celtique. Il n'y a que trois dates jour/mois dans cet ouvrage. L'unique page où le 6 juin est mentionné est la page 119 ... 119 est, rappelons-le, le nombre de lettres de la ''Stèle'' !
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Image

Ce ''jalon'' est intéressant à plus d'un titre :
- Tout d'abord, la face ''avant'' contient exactement 46 lettres (reflet de 64).
- De plus, la forme générale de ce jalon est un grand V (22e lettre de l'alphabet).
- Mais surtout, la 22e lettre de l'inscription est l'ostensible lettre M isolée.
La graphie de ce M rappelle la rune du CHEVAL.
La 22e case de l'échiquier est le point de départ du cheval, dans la procédure liée à la phrase ''Bergère''. L'une des intentions semble donc de signifier l'importance de la 22e case de l'échiquier.
D'autant plus qu'en tenant compte du verso, du point et des croix, la Pierre de Coumesourde est composée de 64 caractères !

Nous constaterons bientôt que l'abbé Boudet a conçu une configuration parfaitement identique dans son ouvrage...
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Avatar du membre
Philemon
ANIMATEUR +
Messages : 316
Enregistré le : 21 mai 2011, 15:44

Re: Décryptage des parchemins

Message par Philemon »

Si on donne du crédit au Rapport Cros, à l'origine la pierre de Coume sourde, c'est cela :


Image


La représentation sur laquelle tu t'appuies est celle, si je ne m'abuse, qui est donnée dans l'Or de Rennes...

Ce qui voudrait dire que PP et G2S en recodant une pierre déjà codée (par les Templiers ?) pour indiquer le moyen de décoder le Grand Parchemin sont obligatoirement les concepteurs du code du GP ! Sinon, pourquoi la pierre de Coumesourde ne donne pas des éléments précis pour le décodage dans sa première mouture...
D'autant plus qu'en tenant compte du verso, du point et des croix, la Pierre de Coumesourde est composée de 64 caractères
Donc que le GP a été conçu entre le Rapport Cros (61 - 62) et l'Or de Rennes (67 - 68), ou bien ?

Et la dalle, c'est cela :

Image
Hey, il y a un trésor dans la maison d'à côté. - Il n'y a pas de maison à côté ! - Et bien construisons en une ! Groucho Marx
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Sauf que la première mouture de cette inscription personne ne la connait et l'on ne peut pas affirmer que le rapport Cros se préoccupe de la restituer rigoureusement...
Sur la même page, il est donné deux relevés différents !!!
Quoi qu'il en soit, il y a bien aussi 46 lettres (reflet de 64) et M est la 22e lettre.

Image

Cardou disait que cette pierre a bien existé :
Image
Source :http://www.pays-de-couiza.com/renchato/renchato.html
Y avait-il une inscription au verso ?

S'il s'agit bien de la vraie, le rapport Cros ne l'avait pas relevée avec exactitude !

Quoi qu'il en soit, même sur le rapport Cros, il y a bien aussi 46 lettres (reflet de 64) et M est la 22e lettre.
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Manifestement, vous m'avez mal lu, car je n'ai jamais pris en compte cette pierre.
J'avais placé l'image de cette pierre (qui aurait bien été retrouvée à Coumesourde, selon Cardou) simplement pour montrer que le rapport Cros ne l'avait pas relevée correctement, dans le cas où elle aurait été la bonne !

Image

L'essentiel de mon propos était, en réponse à Philemon, de montrer que le rapport Cros n'avait jamais prétendu donner un relevé rigoureux ... essentiellement parce que deux relevés différents sont donnés sur un même page !
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Avatar du membre
Philemon
ANIMATEUR +
Messages : 316
Enregistré le : 21 mai 2011, 15:44

Re: Décryptage des parchemins

Message par Philemon »

On ne peut mieux dire !

Je ne crois pas moi non plus au dossier spécifique à Rennes le Château...

Mais je crois à l'existence d'un "dossier" plus global, plus documenté qui comporte des éléments relatifs au Grand Monarque, aux Habsbourg, à Nostradamus, à la Tradition, à l'Ere du Verseau, aux Templiers prêt à servir !

Il ne fallait que de l'imagination et d'une scène : PP et RLC !

Philemon

PS, croisement de mail :
Patrick Men Sior a parfaitement analysé la problématique du "Rapport Cros". Ses conclusions sont pour moi (et pour la majorité des chercheurs objectifs) sans appel
Si l'identification de la personne qui a écrit le rapport est sans contestation possible, pertinente, le reste des conclusions se discute.
Hey, il y a un trésor dans la maison d'à côté. - Il n'y a pas de maison à côté ! - Et bien construisons en une ! Groucho Marx
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Vous prêchez un convaincu, Aronnax ...
C'est Philemon qui prenait appui sur le document Cros, pour invalider le relevé publié dans L'Or de Rennes : )

Quoi qu'il en soit, cette autre pierre de papier qu'est la pierre dite de Coumesourde, n'est peut-être pas à rejeter. On peut, si vous le permettez, s'interroger au moins sur sa conception ... Tout d'abord, elle contient un M isolé, tout comme sur la Stèle de papier. Mais il est surtout intéressant de constater que l'on retrouve une même configuration, similaire à celle que j'ai évoqué, dans la VLC !

Pour rappel : je reprécise une fois encore, que pendant de longues années, j'ai totalement ignoré des éléments comme la Dalle ou la Pierre de Coumesourde. Elles n'ont en aucun cas interféré dans mes recherches !
Mais depuis quelques mois, témoin de l'étrange insistance de certains chercheurs à vouloir faire de Plantard le créateur de tout, j'ai ressorti ces éléments de mes tiroirs. Et j'ai relevé plusieurs liens entre ces documents et l'abbé Boudet notamment. Je m'interroge donc sur leur réelle provenance ... Mais ils n'ont jamais influencé mes recherches !
Modifié en dernier par Thierry Espalion le 09 mai 2021, 16:13, modifié 2 fois.
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Parmi vos images, cette pierre est très intéressante, car elle se trouve dans la 22e case d'un échiquier !

Image

Alain Feral avait mis en lumière un échiquier géant à cheval sur l'église et le jardin, dont les cases d'angle contiennent des "tours".
J'ai ajouté à son observation, le fait que cette pierre qui rappelle par sa forme la fameuse Stèle de papier, se trouve dans la 22e case de cet échiquier !!!

Cette référence à la stèle, dont les lettres + pspreacum forment la phrase ''Bergère'', placée dans la 22e case de l'échiquier est purement géniale ! Elle souligne astucieusement l'importance de la 22e case dans la procédure liée à la phrase ''Bergère'' !
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Charly Alverda
ANIMATEUR +
Messages : 460
Enregistré le : 18 juil. 2012, 19:43

Re: Décryptage des parchemins

Message par Charly Alverda »

Thierry Espalion a écrit : 09 mai 2021, 15:37 Parmi vos images, cette pierre est très intéressante, car elle se trouve dans la 22e case d'un échiquier !

Cette référence à la stèle, dont les lettres + pspreacum forment la phrase ''Bergère'', placée dans la 22e case de l'échiquier est purement géniale ! Elle souligne astucieusement l'importance de la 22e case dans la procédure liée à la phrase ''Bergère'' !
Eh oui, c'est la signature par excellence des "signé De Sede" dans L'Or de Rennes qui est la synthèse des spéculations "du Gisors", leur mise en pratique en quelque sorte.
B. C. N. U. !
Thierry Espalion
Animateur
Messages : 295
Enregistré le : 14 août 2010, 01:43
Contact :

Re: Décryptage des parchemins

Message par Thierry Espalion »

Mais sa découverte de "l'église du dehors", c'est-à-dire du plan de l'intérieur de l'église reporté dans le jardin, est vraiment géniale :good:
Sa découverte des échiquiers géants l'est tout autant : )

Où en êtes vous au sujet de la Stèle de papier actuellement ? Vous considérez toujours, comme vous l'aviez écrit, qu'elle n'a existé que sous forme papier et qu'elle a été conçue dans un but précis ?
"A tous ces hommes ayant œuvré dans l'ombre afin de transmettre le flambeau"
Thierry Espalion
Avatar du membre
Jasmina31
Spécialiste RLC
Messages : 708
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:49
Avertissements : 2

Re: Décryptage des parchemins

Message par Jasmina31 »

Vous avez oubliez deux personnages : Marcel Durliat et Yves Maraval....
Durliat : universitaire
Maraval : pseudo fils de Joseph Maraval ( éééh oui ! )
Joseph Maraval épouse Melle Marie Antoinette Fondi de Niort le 2 juillet 1907 et qu'ils n'auront qu'une fille prénommée Simone (1913-2004) !
D'où la question qui vient à l'esprit de quelle branche Maraval vient Yves ? pas de Limoux en tout cas , mais de Mazamet. Voila qui questionne .....

Durliat et Maraval se connaissaient bien , et d'après deux autres personnes : Pellet et Dutriat , Yves Maraval possédait un parchemin "Templier" sur lequel il y avait un plan , et qu'il aurait montré à Corbu (?) Durliat aurait authentifié le dit parchemin , mais depuis celui ci aurait disparu .Mais pas pour tous
Lors d’un repas entre chercheurs au restaurant "La Tour", à l’été 1965, Yves Maraval exhiba la copie d’un ancien parchemin templier. Il s’en suivit sur lui un harcèlement des autres chercheurs et, suite à une dispute passablement violente avec un jeune aventurier canadien du nom de Bernard Sorieul, Yves Maraval déchira la partie du parchemin comportant un plan, et il la donna à Bernard Sorieul. Ce plan en losange fut plus tard publié dans la revue "Le Charivari" (n°18 oct. nov. 1973 – page 13)...

Voila comment le "plan" est arrivé jusqu'à nous .
Les Archives de la famille Fondit de Niort devraient aller aux Archives Départementales , à l'heure actuelle je ne sais pas si cela a été fait .

C'est aussi Maraval et Corbu qui auraient rapporté le dessin de Coume Sourde , cela reste à vérifier . D'autant que là haut il y a eu un incendie à l'époque de leurs "promenades" . Certains habitants les ont même soupçonné d'en être les auteurs !!
Bref si Corbu a eu une copie de ce fameux parchemin "Templier" , il en aurait fait don d'une copie tout en taisant la provenance réelle à la "fine équipe" ...
Je mets tout cela au conditionnel parce qu'il y a encore beaucoup de plages d'ombres dans cette histoire .
Modifié en dernier par Jasmina31 le 10 mai 2021, 10:18, modifié 2 fois.
"A l'école ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serai grand . J'ai répondu heureux . Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question , j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie" ... John Lennon
Répondre