La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Rennes-le-Chateau, l'abbé Saunière, mystères, trésor, graal, Arche d'Alliance, tombeau, Boudet, Rennes-les-Bains, étude, recherche, partage ... etc. Tout est là !
Règles du forum
Il est impératif de lire les règles avant de poster sur le forum!

Aides du forum
Si vous avez des difficultés pour poster votre message (édition, mise en page, BBcodes...) consultez la F.A.Q. ou consultez le guide:
Créer du texte en gras, italique et souligné - Changer la taille ou la couleur du texte - Puis-je combiner les balises de mise en forme ? - Citation dans les réponses - Créer une liste - Créer un lien vers un autre site - Ajouter une image à un message - Insérer une video - Envoyer une image depuis son ordinateur
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Le Marquis de Chefdebien,

Un Frère Maçon qui joua un rôle important dans la Société, nous trace lui-même une Loge de Province, à l'époque qui nous occupe, un agréable portrait pour lequel bien d'autres Loges françaises auraient pu poser et dont les traits les plus saillants sont il faut bien en convenir dans un premier temps sont la sociabilité, l'amour de plaisirs décents, le goût de la bienfaisance, mais qui ne témoigne ni d'une profonde conviction, ni d'un ardent prosélytisme.

Voici donc les propres mots du Marquis de Chefdebien:

" La Loge, dit-il en remontant dans ses souvenirs aux débuts de la Franche- Maçonnerie à Narbonne, fut composé de tout ce qu'il y avait de mieux dans la ville et aux environs précisera t' il et cela est extrêmement important.
La noblesse, qui qui en formait la majeur partie, vit avec joie le fait de ce réunir plus intimement à elle, à titre de Maçons, tous les hommes nés de bourgeoisie aussi honorable qu' ancienne, et que leur éducation, leurs manières, leurs sentiments avaient déjà fait admettre sans aucune difficulté dans la bonne compagnie.
A cette époque, les Frères... ne connaissaient dans la hiérarchie des grades que l' Apprenti, le Compagnon, et le sublime grade de Maître.
Le but de cette Société, s' il était secret aux yeux des profanes, ne l' était pas du moins pour les Maçons, même Apprentis.
Alors, et c' était l' âge d 'or de la Maçonnerie, on fraternisait avec franchise et gaîté. Les réunions avaient lieu partout où l' on flattait d' être commodément et agréablement. La fête de Saint Jean était surtout marquée par le rassemblement de tous les Frères y compris ceux du Razés.
Bonnement, c' est-à-dire par un principe et une habitude de piété, simple, sans affection comme sans hypocrisie, les Frères allaient ensemble entendre la Messe qu' il faisaient dire aux Capucins, Franciscains de la Stricte Observance, ce pieux usage était de tradition dans le confraternités professionnelles des Free-Masons anglais qui assistait annuellement d'abord à une Messe, puis, après la réforme à un office religieux, ensuite et avec l'assentiment d' un Prêtre, ils élisaient les officiers de la Loge, faisaient des réceptions de leurs parents ou de leurs amis, en se permettant, à titre d' d'épreuves, quelques niches innocentes.
Le Banquet copieux et gai qui couronnait le journée et qui était le véritable dénouement de tous ces préludes, pouvait faire comprendre aux observateurs que le léger tissu mystérieux dont les Francs-Maçons feignaient de s' envelopper n' avait pour objet que de provoquer la curiosité des prosélytes et de rire en même temps des vaines conjectures du public ".

Au delà des apparences de bonnes convenances le Marquis de Chefdebien sera en relation intime avec une Société Lyonnaise à caractère beaucoup plus secrète d'on la première école se trouvera à Bordeaux et où l'on apprendra les origines de l'homme et sa destiné, enseignement spécifique et spécifié donc nullement démontable et exprimable.
Il faut savoir que le Marquis de Chefdebien de Saint-Amand représentait au Convent de Wilhelmsbad le Prieuré de Montpellier et par la même occasion toute l' Occitanie, puisque la troisième Province de l'Ordre et quel Ordre...
dédaigneuse ou hostile, ne s' était pas fait représenter au convent général et pour cause.
Originaire de Narbonne, le Marquis de Chefdebien était membre de l' Ordre de Malte et colonel de Chasseurs.Les hasards de sa carrière luis avait fait habiter Strasbourg jusqu'en 1780.
C' est dans cette ville qu'il avait été reçu dans les Directoires de la Stricte Observance, où il avait été inscrit sous le nom de Franciscus a Capite Galetao. ( Tête Solide ou Tête Casquée ), allusion à son véritable nom civil qui lui était d' origine bretonne puisque le famille c' était établie à Narbonne qu'au 18e Siècle, sont nom aurait francisé son patronyme.
Dans la réalité purement Maçonnique le Marquis de Chefdebien était à part car il avait pour objet d' espionner les différents rites et Ordres représentés à l'époque, mais par qui était-il missionné...
Il sera en conflit ouvert avec Jean Baptiste WILLERMOZ, que ce dernier d'ailleurs appellera Monsieur, sans commentaire.
Rennes le Château à connu aussi ses heures Maçonniques et dans des demeures tout à fait étrange en sachant bien que les autorités ecclésiales étaient au courant de ses réunions puisqu'ils en faisaient partie.
Merci de votre attention, votre dévoué.
Odilon de B.
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Pour le Marquis de Chefdebien j'aurais le plaisir de vous faire part de quelques unes de mes recherches, mais pour l'instant je dois vous faire partager une découverte concernant Déodat Roché et sa correspondance avec le Docteur Fugairon.

1er Lettre:
Cher Monsieur et Fr six points,

J'ai reçu des instructions de mon camarade Lierre et je vous envoie le nom de mon père: Roché Paul (S.I) notaire à Arques (Aude) Conseiller Général (d'autant plus révolté contre l'Église Catholique qu'il y avait cru pendant son enfance). Fait de l'occultisme depuis 1894.
Nous attendons le "Catéchisme" avec impatience.
Voulez-vous me dire si je pourrai vous voir à Ax-les-Thermes pendant la première quinzaine de Septembre.
Monsieur Fabre des Essarts m'a prié de lui communiquer ce que je pourrais découvrir mais les modifications dont me parle mon camarade Lierre me font penser qu'il nous vaut mieux centraliser tous nos efforts.

( de quels objets s'agit-il pour qu'ils puissent d'un commun accords centraliser leurs efforts).

Votre dévoué en la T.S Gnose.
D. Roché.
Roché Déodat, étudiant en droit et en philosophie à Arques (Aude).

Arques 20Aout 1899.
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Le Marquis de Chefdebien,

Le Marquis de Chefdebien montrait pour les affaires Maçonniques une activité et une curiosité marquées.
Déjà, il avait publié une étude générale de l'Ordre des Francs-Maçons et s'était fait recevoir dans la Loge des Amis Réunis de Paris, où Savalette de Lange lui avait conféré son 7e Grade.
Il faut penser que cet éclectisme et ce double jeu étaient connus de Jean Baptiste WILLERMOZ et qu'il le jugeait sévèrement, car il n'avait pas grande confiance dans le Frère a Capite Galeato.
Malgré les sollicitations de Saltzman, il ne l'avait pas admis au nombre des simples Profès et ne se laissa pas fléchir à Wilhelmsbad par de nouvelles demandes.
Peut-être savait-il que la Marquis, qui se présentait au Convent chargé des pouvoirs des Frère de Montpellier, était en réalité et la c'est très important... l'émissaire secret des Philalèthes...
On a eu la chance de retrouver dans ses papiers personnels un long memoradum que Savalette de Lange lui avait remis, pour l'aider dans sa tâche d'intrigues et d'espionnage.
Ces notes montrent que le Directeur des Philalèthes était fort renseigné des divers courants de la science occulte et qu'il n'ignorait presqu'aucun des personnages divers, mages, chefs de secte, mystiques, aventuriers, montreurs de prodiges, guérisseurs et alchimistes, du petit monde pittoresque de l'illuminisme allemand.
La tâche du Marquis de Chefdebien se doublait encore d'une mission plus précise. Bien que ses notes restent muettes sur ce point, on l'avait chargé de proposer aux Chefs de la Stricte Observance l'alliance de la Loge des Amis Réunis de Paris.
Au travers de tous ces faits qui ne sont qu'un préambule a ce qui doit advenir, il faudrait plutôt s'orienter vers les Illuminés de Bavière, quand au Marquis il n'a rein détenu des différents secrets que proposait les Chevaliers Bienfaisants de la Cité sainte et encore moins des Chevaliers Maçons Elus Coëns de l'Univers et c'est tant mieux.
Pour la Maçonnerie du Razès il est important de diriger vers le Régime Écossais Rectifié et ses différents rameaux initiatiques y compris Le Martinisme Saint Martinien intérieur compris dans les Cercles très restreints du Philosophe Inconnu et son agent secret qui révéleront les Grands Mystères de la Présence du Christ sur cette terre dont le centre se trouve sur la Montagne de Sion.

Votre dévoué et serviteur.
Odilon de B.
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Le Marquis de Chefdebien et le Rite de Narbonne...

Antérieurement à 1721, date à laquelle il est cité, existait à Narbonne un rite dit "de Narbonne", héritier des deux courants que nous nous devons de mentionner : égyptien et rosicrucien. Ce rite était devenu à peu près inexistant; il fut restauré dans sa vigueur primitive par le Marquis CHEFDEBIEN, suivant le modèle du Rite des Philalèthes de Paris fondé en I772 par le F.'. SAVALETTE de LANGES à Rumilly en Haute-Savoie sous le vocable de L.'. "Les Amis Choisis".
Cette Loge se transportera un peu plus tard à Paris, 37, rue de la Sourdière.

C'est donc suivant le Rite des Philalèthes de Paris, qu'en 1779 fut fondé le Rite Primitif des Philadelphes ou Rite Primitif de Narbonne qui inspirera plus tard le Rite Primitif de Memphis-Misraim dans ses formes et son organisation. Le F.'. François d'AIGRÉFEUILLE, Marquis de CHEFDEBIEN, était lui-même détenteur des plus hauts grades de la Stricte Observance Templière et des Chevaliers Elus-Cohens de Martinez de Pasqually ainsi que de la Maçonnerie conventionnelle.

Le Rite de Narbonne eut des rapports très étroits avec les Architectes Africains.

Revenons quelques années en arrière à la fin du 18ème siècle, au Caire.
Il existait dans cette ville un groupement de compagnons qui avaient abandonné tout travail opératif et que l'on peut raisonnablement appeler ou considérer comme de véritables Francs-Maçons. Il existerait encore au Caire et à Alexandrie, des groupes ésotériques de lointaine ascendance gnostique, dans les milieux coptes chrétiens, mais il s'y perpétuerait une interpré­tation gnostico-égyptienne du Christianisme.
Le fait a été attesté par deux frères, l'un le tenait de son père qui avait connu un groupe de ce genre au Caire, vers 1875, l'autre en rencontra un semblable à Alexandrie, vers 1914. A noter que ces deux FF.'. ne se connaissaient pas et qu'ils étaient tous deux CBCS, Grands Profès de Genève.

Ce groupement de compagnons portait le nom de Grande Loge, mais avait gardé une tendance très spiritualiste. On ne connaît pas d'origine historique à cette Grande Loge que nous trouvons en pleine activité dès le début du 18ème siècle. Sans doute y a t-il là quelque chose de tout différent des Loges d'Europe il s'agirait bien plutôt d'une association secrète et mystique. A la même période on retrouve chez les Druzzes du Liban des Collèges initiatiques semblables qui rappellent fort notre maçonnerie. Cette association compagnonnique devait devenir la Maçonnerie Egyptienne et elle possède une antiquité fort ancienne et ses membres prétendent remonter directement à. un rameau très pur et très direct de la "Véritable Rose-Croix" organisée par l'Empereur CONSTANTIN.



Lorsque les Maçons anglais, puis français, s'organisèrent en Loges régulières au Caire et à Alexandrie (Loges militaires ou marines) ils trouvèrent les restes d'une maçonnerie très ancienne. En effet, cette association indigène s'était déjà fortement constituée en un Rite, et Ce fut en 1798, que des officiers français qui accompagnaient BONAPARTE en Égypte et qui étaient pour la plupart dignitaires du Rite Primitif de Narbonne, prirent contact avec les initiés du Caire et d'Alexandrie.
Revenus en France, ils créèrent des Ateliers indépendants du Rite de Memphis-Misraim.
Ils fondèrent une Loge en conservant les traditions du Rite de Narbonne qu'ils intitulèrent "Les Disciples de Memphis" et qui s'unit à la Grande Loge d'Égypte.
Ce fut en 1803 que les 3 frères, Michel, Marc et Joseph BEDARRIDE, originaires de Cavaillon, instituèrent régulièrement le Rite Oriental ou Égyptien de Misraim. Ce rite aurait été pratiqué par diverses sectes initiatiques depuis les 16ème, 17ème et 18ème siècles dans divers pays, et notamment dans les républiques de Venise Gênes, Naples et Milan, dans l'Archipel Grec, dans les îles Ionien­nes.
L'on peut penser que ce Rite fut fondé en 1788 à Venise, et nous voilà en Italie qui d'ailleurs n'était pas l'Italie dans le sens ou on l'entend aujourd'hui, par un groupe d'une cinquantaine de Sociniens, survivants de la secte du 17ème siècle, secte protestante antitrinitaire, ou plutôt Unitarien, fondée par Lélio SOCINI, né à Sienne en 1525, décédé en 1562.
C'est CAGLIOSTRO qui résidait à Trente à 100 km à peine de Venise, qui les investit de la qualité maçonnique, par sa maçonnerie Égyptienne, d'où le nom de Misraim "Les Égyptiens".
Certaines tentatives d'implantation avaient déjà eu lieu en Languedoc et en Occitanie, notamment en Pays d'Alet les Bains,et dans le Comtat Venaissin.

Il est dit aussi que le Rite de Misraim aurait été fondé par le F.'. LECHANGEUR, un maçon initié au plus haut grade du Rite Ecossais Ancien et Accepté. Le successeur de LECHANGEUR, le
F.'. Théodore GÉRBER, donna pouvoir à Milan au F.'. Michel BEDARRIDE pour répandre le nouveau rite en France en 1810.

En 1813, les 3 Frères BEDARRIDE développent en France le Rite de Misraim, et à Naples les FF.°. JOLY, GABLIOSCA et GARCIA reçoivent du Grand Commandeur de LASSALLE les pouvoirs qui font d'eux la puissance supérieure du Rite de Misraim.

En 1814, plusieurs Frères, dont Samuel HONIS, initié dans la RL.'. "Les Disciples de Memphis" du Caire, et MARCONIS de NEGRE regroupent des ésotéristes à Montauban et installèrent, le 23 Mai I815 une filiale des "Disciples de Memphis" qui devint la Mère-Loge de Memphis.

Le 21 Janvier 1816, Gabriel MARCONIS de NEGRE, n'est ce pas de la Famille de Nègre d'Ables, Grand Maître de l'Ordre de Memphis, fut élu Grand Hiérophante du Rite de Misraim. Les principaux membres de la Loge de Montauban étaient le Baron DUMAS, le Marquis de la ROCHE, J. PETIT, Hippolyte LABRUNIE.

Ces membres fondateurs de Memphis réunissaient entre eux tous les grades des Maçonneries françaises, écossaises, ainsi que de nombreux degrés de Rites divers. A la suite d'intrigues, cette Grande Loge fut mise en sommeil le 7 Mars 18I6. Les travaux furent repris en 1826 par-une partie de ses membres, mais sous l'Obédience du Grand Orient de France.
Pour notre époque contemporaine il ne reste que des ruines fumantes cachées au regards de l'intriguant.

Votre dévoué et Serviteur.
O de B...
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

De La Maçonnerie dite Occultiste...

Un grand merci pour votre attention particulière concernant le Rite de Narbonne.
On ne peut rien vous cacher, effectivement il existe des Archives concernant ce Rite dans le Sud de la France, mais prudence et discernement car bien souvent l'ivraie et mélangé au bon grain.
Quand à nous, nous pensons que les différents dépôts concernant ce Rite encore existant ont eu un chemin des plus atypique, pour en avoir une idée claire il faudrait me semble t' il diriger les recherches vers des Ateliers et des Laboratoires Maçonniques de hauts Grades qui sises en Suisse.

Des temps viendront ou la Lumière sera exposée devant des hommes de désir, sincères dans leur authenticité.

Votre dévoué.
O de B
®i©o

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par ®i©o »

Salut à tous,

Tiens Cardou, les archives viennent de la: http://gltmm.org/a-propos-de.html

Joli travail Odilon... Ou joli copié/collé. :sleep:
Avez vous demandé l'autorisation au(x) propriétaire(s)?
Merci de citer vos sources à l'avenir...
surtout qu'il y a un droit d'auteur,
R:.L.: AKH à l'Or:. de Marseille a écrit :Copyright © 2008 R:.L.: AKH à l'Or:. de Marseille, GLTMM, Grande Loge Traditionnelle du Rite Ancien et Primitif de Memphis-misraim. Tous droits réservés.
Bonne journnée! :flowers:
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Merci de cette précision et vous avez entièrement raison de la faire remarquer,

il y a beaucoup de documents qui circule sur le Net et cela n'est pas plus mal car les différentes recherches concernant la Franc Maçonnerie du 18e Siècle sont énorme, mais il est un point important à savoir c'est que de plus en plus de Groupes s'autorisent et cela en bonne foi de se réserver la priorité de certains documents, cela ne veut pas dire que la filiation quelle soit directe ou spirituelle permet d'avoir l'exclusivité de l'information.
L'information pour le grand public est disponible dans la mesure ou l'on respect les droits de chacun et ce d'une façon identique dans les deux sens.
Pour ma part je ne suis qu'un humble cherchant qui n'a pour but que de comprendre comment encore à l'heure actuelle certains dépôts puissent être authentiques et disponibles pour l'homme ordinaire de notre temps.

Soyez remercié encore de votre remarque car elle fort judicieuse.

Cordialement votre dévoué.
O de B.
Odilon
Débutant RLC
Messages : 7
Enregistré le : 31 oct. 2008, 15:59

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par Odilon »

Très Cher Monsieur de Beecham,

Comment vous remercier de votre intervention Monsieur de Beecham sur ce très beau Forum qui est, il faut bien en convenir ce qu'il y a de plus sérieux, d'autant que les interventions sont d'une grande pertinence et nous permettent à nous autres d'avancer sans risque de s'égarer, pour le mot éspion vous entièrement raison, il faut me semble t' il modérer ses propos et je dois vous rendre justice quand à ce terme trop souvent utilisé à mauvais escient, Le Marquis en son temps a du être mal compris surtout que sa vocation en tant Franc-Maçon était se qu'il y avait de plus authentique.
Quand aux Hommes de désir, faisait t' il partie de ces hommes qu'ont appel Hommes de Désir, non pas le désir de l'homme mais bien l'Homme désiré par le Grand Architecte des Mondes, je ne sais, en tout cas nous pouvons lui accordé à son crédit la devise suivante:
"La Langue instructive pour l'oreille attentive dans le Cœur fidèle" Rituel du Rite Nova SCOTIA appelé improprement le Rite d'York propre au Maçons Militaires.
Savez vous Très Cher Monsieur de Beecham que vous avez une chance insoupçonné et insoupçonnable d'appartenir à ce Groupe de partage et de recherches, car de nos jours il y a tellement de désinformations dans tous les domaines et surtout celui de la quête initiatique que nous autres pélerins de notre époque nous en perdons un peu de notre carrière.
"Le bien de fait pas de bruit et le bruit est l'ennemi du bien" pour paraphraser Louis Claude de saint Martin, le plus sage des philosophes.

Soyez remercier Monsieur de Beecham de votre belle et douce intervention, et accepter Cher Monsieur mes Salutations Fraternelles pour des Temps immémoriaux.

Grâce et Bénédictions vous accompagne ainsi que ce Forum qui nous permet enfin de partager simplement et sincérement.

Votre dévoué.
Odilon de B
®i©o

Re: La Franc-Maçonnerie et Rennes le Château .°.

Message par ®i©o »

Salut à tous,

Voici un reportage sur l'histoire de la FM .°.

Bonne soirée à tous. :ph34r: :biggrin:
Répondre